loeildukine

Sunday, July 02, 2006

La dimension silencieuse du sport
Partout, à la une, à la télé, dans la presse, fleurissent les débordements médiatiques
Et la dimension silencieuse du sport échappe toujours aux gammes des apprentis sorciers.

Le sport qui a ses fans, sa musique, sa linguistique,
Le sport qui a la plus précieuse des bases de données, la réverbération corticale .

Vous en connaissez qui utilisent sept notes, comme Mozart, seulement eux on les entend, « Ma vie avec Mozart Eric Emmanuel Schmitt. »
Ceux qui font référence à l’histoire, comme Cambrone, seulement leur référence est glissante,
« Le sport c’est de la m…. émission sur à la télé un soir à 22h. »
Et sous bien des formes, les intégristes de la non participation, éternels analphabètes de leur corps
Bien sur, je préfère : « le corps entre les mains de Boris Dolto. » avec une pensée au père de "Carlos"


Parfois sur la table de massage, là où s’expriment, les tensions des chaînes musculaires,
le clavier vertébral interprète les résonances du passé et de l’âme
la richesse et l'éloquence des confidences des contacts et des amitiés,
ces voix, accompagnent parfois le « papy surfeur» dans la rosée du matin
sur le revêtement à la chlorophylle.

Ne cherchez pas sur Google :
« Coubertin ou le deuil de la participation »
« La dimension silencieuse du sport. »
" J.... ou l'orgueil de Cambronne"

Hier les artistes du ballon rond ont réussi le rayonnement du métissage
La dimension silencieuse du sport avec dans le coeur les notes de Brassens
" le copains d'abord "

Oui, il y a tant d’énigmes dans la dimension silencieuse du sport .